LJC

Forum Conteurs, Musiciens, Compagnies Médiévales, structures culturelles...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Petit Chaperon Rouge (version chinoise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faenor
Rang: Administrateur


Féminin Nombre de messages : 742
Age : 52
Localisation : Aix-en-Provence
Emploi : Conteuse-Musicienne
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Le Petit Chaperon Rouge (version chinoise)   Mer 21 Fév - 11:53

...bon, n'allez pas penser que j'aime ce Conte.... petite déjà, je le trouvais stupide...surtout la version de Perault!...
et puis un Loup qui mange des humains, je n'y ai jamais cru!
mais, il fallait bien trouver Le personnage symbolique du danger...le pauvre loup en a été l'élu!...
Nous travaillons actuellement, dans notre Atelier Conte, sur diverses versions du Petit Chaperon rouge!
Il en existe un nombre certain, mais je ne les ai pas toutes.
Voici une version "Chinoise", loin du ton doucereux et propre de Perault ...mais bon, je vous laisse découvrir. "âme sensilbe, s'abstenir!"
C'est juste un travail de recherche!!

Le Chaperon Rouge chinois

Il y avait, au pied de la montagne Funiu, un petit village où habitait une vieille dame.

Un jour, ayant entendu dire que sa fille et son gendre n'étaient pas à la maison, la vieille dame prit sa canne et se mit en route pour aller voir ses trois petites-filles, avec, dans son panier, des pains farcis et des galettes frites.

Il faisait très chaud. Après un moment de marche sur le sentier de la montagne, la vieille dame fut trempée de sueur. La maison de sa fille n'était plus très loin. Elle posa le panier et voulut se reposer un peu. Tout d'un coup, elle entendit un souffle lourd venant d'un petit bois tout proche. Un loup gris apparut. Il se dirigea vers elle et lui demanda, en faisant des manières :

Où allez-vous, vieille dame ?
Chez mes petites-filles.
Qu'y a-t-il dans le panier?
Pains farcis et galettes frites.
Donnez-m'en un, que je goûte.
La vieille dame lui jeta un pain farci, le loup ouvrit la gueule, et l'avala. Il en réclama un autre. Il l' avala aussi vite que le premier. Puis :

Où habitent vos petites- filles ? demanda-t-il.
Au village d'en face, là où il y a un grand jujubier.
Comment s’appellent-elles, vos petites filles ?
L'aînée Menda'r, la seconde Menbi'r et la cadette Saozouguduo'r.
Le loup gris se redressa, s'étira.
Il dit encore, en découvrant ses crocs :
-Un pain farci, une galette frite ne sont rien pour moi, je veux te manger.
Il se jeta sur la vieille dame et il la dévora. Quand ce fut fait, le loup gris mit son vêtement, prit le panier, la canne, et ainsi déguisé se dirigea vers la maison des petites-filles.

Parvenu devant la maison, il s'assit sur le mortier à riz pour cacher sa queue, et se mit à crier en imitant la voix de la grand-mère :
-Menda'r, Menbi'r, Saozouguduo'r, ouvrez-moi la porte !

Les trois petites soeurs demandèrent :
-Qui êtes-vous ?
-Votre grand-mère.
-Pourquoi arrivez-vous si tard '?
-Le chemin était long et semé de fondrières. J'ai fait aussi vite que j’ai pu.
La cadette aussitôt voulut ouvrir à sa " grand-mère ". L'aînée l'en empêcha.

Par une fente dans la porte, elle regarda. Elle vit au clair de lune un être lourd et sombre. Elle cria :
-Vous n'êtes pas notre grand- mère ! Notre grand-mère a un grain de beauté noir sur le visage !
Entendant cela, grand-mère loup murmura:
-" Que le vent du nord-est me colle des écorces de sarrasin sur le visage. "

Il ramassa une écorce par terre et l'aplatit sur sa figure. A nouveau il cria :
-Menda'r, Menbi'r, Saozouguduo'r, ouvrez-moi la porte !

La seconde fille vint à son tour risquer son oeil à la fente dans la porte. Elle vit un grain de beauté sur le visage de la " grand-mère ", mais elle n'en fut pas satisfaite. Elle cria :
Vous n'êtes pas notre grand-mère ! Notre grand-mère a les jambes enveloppées dans des bandes molletières !

Grand-mère loup murmura : " Hirondelles du sud, hirondelles du nord, apportez-moi des bandes molletières! "
Il ramassa des feuilles de sorgho, les colla sur les pattes. Il avait alors des bandes molletières. Il se remit à crier :
Menda'r, Menbi'r, Saozouguduo'r, ouvrez-moi la porte !

La cadette à son tour risqua son oeil à la fente dans la porte. Elle dit :
C'est bel et bien notre grand-mère.

Crac! Elle ouvrit la porte.
Grand-mère loup entra dans la maison, s'assit sur un seau pour y cacher sa queue, et dit aux petites-filles :
Il se fait tard, allons nous coucher! Qui veut dormir avec moi sous la couette ?

Menda' r répondit :
Je ne veux pas dormir avec vous.

Menbi'r répondit :
Je ne veux pas dormir avec vous non plus.

Saozouguduo'r lui dit :
Moi je veux bien.
La cadette se coucha. Elle tendit sa jambe vers sa " grand-mère ".
Elle toucha quelque chose qui lui parut être de la fourrure. Elle demanda :

Qu'est-ce que c’est que ça grand-mère ?
Du chanvre que Je vous ai apporté. Dors !
Les deux aînées avaient toujours des doutes. Elles n'arrivaient pas à fermer l'oeil. Vers minuit, elles entendirent un craquement d'os broyé dans le lit où dormait la "grand-mère". Menda'r demanda :

Grand-mère, que mangez-vous ?
Grand-mère tousse la nuit et croque quelques carottes. Tu en veux ?
Tiens, mange.
Le loup lui jetait un morceau. L'aînée prit ce morceau. Il était collant. Il y avait un dé en cuivre au milieu. Elle comprit alors que c'était là un doigt de leur grand-mère que le loup avait mangée. Il venait maintenant les manger, elles, certainement. Elle murmura quelque chose à l'oreille de Menbi'r, puis elle réveilla sa soeur cadette Saozouguduo'r.

Après quoi, Menda'r cria :

Grand-mère, j'ai envie de faire caca !
Tu m'ennuies! Va faire sous le lit !
Je ne peux pas, le dieu du lit m'en empêche.
Va donc dans le trou à cendres.
Je ne peux pas, le dieu du foyer m'en empêche!
Alors va derrière la porte.
Je ne peux pas, le dieu de la porte m'en empêche!
Sale gosse, va faire dehors, sur le tas d'ordures !
Menda' r accepta. Elle descendit du lit. Elle prit une corde
et sortit. Un moment après, Menbi'r cria :

Grand-mère, j' ai envie de faire caca.
Sale gosse, tu m'ennuies, va faire sous le lit !
Je ne peux pas, le dieu du lit m’en empêche.

Va donc dans le trou à cendres.
Je ne peux pas, le dieu du foyer m'en empêche.
Alors va derrière la porte.
Je ne peux pas, le dieu de la porte m’en empêche.
Sale gosse, va faire dehors, sur le tas d'ordures !
Menbi'r accepta, descendit du lit et sortit avec un pot d'huile.

Ce fut enfin le tour de la cadette :

Grand-mère, j'ai envie de faire caca.
Sale gosse, tu m'ennuies, va faire sous le lit.
Je ne peux pas, le dieu du lit m'en empêche.
Va donc dans le trou à cendres.
Je ne peux pas, le dieu du foyer m'en empêche.
Alors va derrière la porte.
Je ne peux pas, le dieu de la porte m'en empêche.
Sale gosse, va faire dehors, sur le tas d'ordures!
Saozouguduo'r descendit du lit et sortit.

Les trois soeurs, dans la cour, montèrent l'une après l'autre sur le grand jujubier. Elles versèrent l'huile qu'avait prise Menbi'r sur le tronc d'arbre,

Grand-mère loup restée seule au lit, attendit. Aucune des soeurs ne revint. Alors elle se leva, alla devant la porte et cria :

Où êtes-vous, sales gosses ?
Menda' r répondit, sur l'arbre :

Grand-mère, venez vite voir, des lanternes rouges, des couvercles verts !
Il y a un mariage chez nos voisins, le spectacle est magnifique !
Le loup ne pensait qu'à les manger, il trotta jusqu'au pied de l'arbre et voulut y grimper. Mais le tronc était si glissant qu'il retomba. Il essaya dix fois, il retomba dix fois. Il dit enfin aux filles :

Grand-mère est vieille, elle ne peut plus grimper aux arbres. Venez m'aider !
Menda'r lui répondit :
-Prenez cette corde, attachez-Ia autour de votre taille, et je vous hisserai.
Grand-mère loup noua la corde en hâte autour d'elle. Après quoi elle dit :
-Je suis prête !
Saozouguduo'r et Menbi'r hissèrent le loup jusqu'aux premières branches puis lâchèrent soudain la corde. Plaf! Le loup retomba par terre. Il se mit à gémir, en se frottant les os :
-Sales gosses, vous ne m'échapperez pas! Dès que vous serez descendues,
je vous croquerai!

Menda'r lui dit :
-Grand-mère, mes soeurs ne sont pas assez fortes pour vous hisser! Attachez-vous à nouveau, cette fois, je vais tirer avec elles.
Le loup n'avait qu'un désir: dévorer les filles. Il se rattacha malgré ses courbatures et cria: "Tirez fort! Cette fois, ne me laissez plus tomber. "

Les soeurs le rassurèrent, à nouveau le hissèrent. Quand il fut à la même hauteur, elles lâchèrent à nouveau la corde. Plaf! Le loup tomba par terre. Un ruisseau de sang lui coula du nez. Il ne gémit plus, il ne bougea plus.

Le jour allait se lever. Les trois soeurs descendirent de l'arbre et virent que le loup était mort. Alors elles rentrèrent chez elles, toutes contentes.

Version chinoise du " Petit Chaperon Rouge " dans le recueil: Contes populaires chinois. Shangaï (Chine), 1989

(Titre en chinois: Zhongguo TongHua)
Recueilli dans la province du Henan, par Zhang Zhenli, Wang Jinzhong et Hu Hangin
-Traduit du chinois en français par Mademoiselle Gao Bin.

_________________
Belle et Douce Journée à vous! /I\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contesduchene.blogspot.com
Lézardette



Féminin Nombre de messages : 47
Age : 30
Localisation : Chennevières sur marne (94)
Emploi : Etudiante
Date d'inscription : 30/10/2007

MessageSujet: Re: Le Petit Chaperon Rouge (version chinoise)   Mer 7 Nov - 15:25

il est bien lieux que le conte édulcoré de Perrault !oups
moi, j'ai une autre version, où le petit chapreon rouge, au lieu de se faire dévorer, se fait violer.affraid
si je la retrouve, je la mettrai en ligne.

papillon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faenor
Rang: Administrateur


Féminin Nombre de messages : 742
Age : 52
Localisation : Aix-en-Provence
Emploi : Conteuse-Musicienne
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: Le Petit Chaperon Rouge (version chinoise)   Jeu 8 Nov - 0:34

tiluti j'aime pô Perrautl, moi non plus!... tu as pu t'en rendre compte!

Ha! alors si tu trouves la version dont tu parles, je suis grandement preneuse!
Une collègue de l'atelier nous l'avait ramenée, il me semble!
ce n'était pas un loup, mais un homme!
c'est l'une des versions dites "des campagnes", car bien des régions, fut un temps, avaient adapté sa propre version!
c'est vous dire combien il en existe!!

_________________
Belle et Douce Journée à vous! /I\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contesduchene.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Petit Chaperon Rouge (version chinoise)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Petit Chaperon Rouge (version chinoise)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le petit chaperon rouge (Ema)
» pas à pas "le petit chaperon rouge" [dzaka]
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» "le petit chaperon rouge"
» SAL "Petit Chaperon Rouge" de Bent Creek - ***TERMINE***

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LJC :: MYTHES-CONTES-LEGENDES :: Contes & Légendes :: Contes-
Sauter vers: