LJC

Forum Conteurs, Musiciens, Compagnies Médiévales, structures culturelles...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Licorne et le Saltimbanque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faenor
Rang: Administrateur


Féminin Nombre de messages : 742
Age : 52
Localisation : Aix-en-Provence
Emploi : Conteuse-Musicienne
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: La Licorne et le Saltimbanque   Mar 12 Fév - 12:09

Voici donc un très beau Conte ramené par Dame Baleine!

La licorne et le saltimbanque
(Livre " Contes de cirque " illustré par Sophie Kniffke)

Dans le temps d’on ne sait quand, au pays d’on ne sait d’où, un seigneur déjà vieillissant habitait un château en haut d’une montagne.
Ce seigneur avait un trésor, jalousement gardé dans la partie la plus reculée de sa fastueuse demeure. Son trésor était une bête fabuleuse, une licorne à la crinière d’or qu’il avait capturé dans les bois alentour du château.
Chaque soir, à l’heure du crépuscule, il se faisait apporter un candélabre et allait rendre visite à sa captive.
Celle-ci était très belle : son pelage blanc semblait fait de soie douce, sa crinière et sa queue, glissaient jusqu’au sol en une cascade d’or…Et ses yeux immenses et noirs disaient toute sa détresse.
Chaque fois, le seigneur s’asseyait près d’elle et lui disait :
" Beauté de mes rêves, lumière de mon cœur, douceur de ma vie…Vous le savez- que je vous aime ? Pourquoi n’avez-vous encore rien mangé aujourd’hui ? "
Car le seigneur remarquait tout de suite que le foin était restée intact dans le râtelier d’argent, qu’aucune pomme n’avait disparu du saladier de nacre, et qu’il restait encore tout les épis de maïs offert à la belle.
Invariablement, la licorne qui savait parler répondait :
" Oui, je le sais que vous m’aimez, seigneur. Mais votre amour n’est pas celui que j’attends. "
Et invariablement, le flambeau tremblait dans la main du seigneur, l’animal détournait la tête et l’homme s’éloignait, le dos voûté, le cœur en peine.

Par un après-midi de neige, sur le chemin menant au château, un vieux cheval tirait une roulotte rouge et bleue bringuebalante et conduite par un jeune homme qui chantait à tue-tête sans souci des flocons qui tombaient. Près de lui, emmitouflé dans une redingote à brandebourgs dorés, un shako mal arrimé au sommet du crâne, un petit singe grimaçait en se donnant des airs de cocher indispensable ! Derrière, une chèvre suivait la roulotte avec philosophie ; une très vieille chèvre qui avait fini par se croire la plus intelligente de son espèce parce qu’elle l’entendait dire chaque soir de représentation.
Ce cirque de " trois fois rien " arriva à la porte du château alors que la tempête redoublait. Le petit singe tira à quatre mains la chaîne de la cloche et la grille s’ouvrit aussitôt. Le vieux cheval, fourbu, n’aurait pas fait un pas de plus !
En échange de l’hospitalité, le saltimbanque promit des merveilles sans fin. Le soir même, dans une grande salle illuminée de chandelles, il donna une représentation au châtelain et à sa domesticité. Sur la croupe du cheval tant bien que mal galopant, il exécuta des culbutes, il réussit des équilibres, des pirouettes gracieuses, des voltiges musclées. Il offrit des rires en liberté, dont le seigneur avait perdu souvenance. Il incarnait la jeunesse et la joie de vivre.
La chèvre compta jusqu'à dix, fière de montrer son savoir ; et le singe fit mille courbettes et grimaces, imitant les domestiques et le seigneur.
Le public s’extasiait, riait de bon cœur et applaudissait à tout va !
- " Vous nous avez bien divertis, jeune étranger, lui dit le seigneur à la fin du spectacle. Ce château est à vous aussi longtemps qu’il vous plaira d’y demeurer. Vous pouvez visiter toutes les pièces, des caves jusqu’aux combles. Toutes sauf une. N’ouvrez jamais, s’il vous plait, la porte rouge frappée d’un fer à cheval en or ! "
Ainsi, tout l’hiver ils restèrent à l’abri et au chaud.
Le jeune homme visita tout le château de fond en comble comme son hôte le lui avait permis. Il parcourut les salons aux portraits de nobles dames dans leurs cadres somptueux. Il monta des escaliers, descendit sur des rampes ouvragées. Il traversa des chambres, des salles de garde, des cuisines remplies de marmites et de marmitons, des écuries peuplées de fiers alezans ; et au bout de sa course, il buta sur la porte rouge frappé d’un fer à cheval d’or !
Il y revint plusieurs fois, refusant de manquer à la parole donnée. Mais la curiosité et l’ennui furent les plus fort. Il envoya une nuit son ami singe à la recherche de la clef qui ouvrait la porte interdite. Celui-ci la trouva posée sur la table de nuit, juste à côté du roi endormit.
Il entra donc.
La licorne leva la tête.
Il vit d’abord sa robe pure autant que les neiges qui tombaient encore sur les forêts, sa crinière plus blonde qu’une coulée de lumière, ses yeux au regard de nuit et sa corne torsadée sur le front.
Elle vit sa silhouette souple, son air rieur que ne gâtait en rien le fait d’avoir désobéi. Elle décela un parfum de jeunesse, une odeur d’herbe nouvelle, de fruit acidulé, et de petit matin ensoleillé.
Il s’approcha. Elle le regarda s’approcher. Il avança la main, elle avança la tête. Et chacun sentit son cœur fondre de plaisir, et d’amour.
Ainsi, tout l’hiver, à l’insu du seigneur, le jeune homme rendit visite à la licorne ; qui de désir de vivre avait retrouvé l’appétit !

Mais à chacune de ses visites, le seigneur voyait que quelque chose avait changé. Il était heureux qu'elle mange à nouveau, et de voir la lumière revenir dans ses yeux. Il s’imaginait qu’enfin elle s’était habituée, et peut-être aussi qu’elle l’aimait un peu…
Un soir où il la trouva encore plus rêveuse qu’a l’accoutumé, il lui demanda :
- " Belle, pourquoi ne pas m’accueillir avec davantage de joie ? Vous savez qu’on vous aime et…
- Si vous m’aimez…
- Oui, coupa le seigneur (qui entendait mentionner son amour pour la première fois)
- Alors, laissez-moi partir avec lui !
- Vous, partir ? jamais !
- Je vous en prie ! Je pourrais remplacer son vieux cheval quand il sera fatigué. Laissez-moi partir !
- Vous voulez, belle à la robe blanche, tirer une roulotte branlante en compagnie d’une vieille chèvre, d’un singe déguisé et de ce jeune….. ?
Le regard de la licorne se fit si doux, si humble, si suppliant que le seigneur n’osa pas terminer sa phrase. Mais très vite, il reprit :
- Vous voulez, vous, la reine de ma vie, tourner sur un tapis élimer, affubler votre corne d’un panache mité comme un cheval de cirque… ? ? ?.
Le regard de la licorne se fit plus doux encore. Jamais le châtelain ne l’avait vu ainsi. Il enfouit son visage dans ses mains, puis dit :
- Pourquoi ?
La licorne avait fait un pas en avant :
-Par ce que…Je l’aime !
Un long silence s’installa entre eux.
Finalement, le vieillard se leva et se dirigea lourdement vers la porte, les épaules voûtées. Il entrouvrit la porte, comme pour sortir, hésita, puis se tourna vers la licorne et lui dit :
- Faites-moi auparavant, une promesse, s’il vous plait !
- Laquelle seigneur ?
- Promettez-moi de revenir vers moi chaque année jusqu’au jour de ma mort, et de me rapporter chaque fois les couleurs de l’ailleurs que vous aurez goûté.
La licorne alors s’approcha de lui, et posant ses tendres naseaux sur son épaule, elle murmura
- Je promets !
Le vieux seigneur esquissa un geste léger sur les naseaux de velours et eut un pauvre sourire. Puis il ouvrit en grand la porte et s’effaça pour laisser passer sa belle. Celle-ci s’élança et son galop résonna dans les couloirs avant de diminuer, diminuer, diminuer…..

Elle courut rejoindre le jeune homme et sa petite troupe qui se préparaient à quitter le château.
Dés qu’ils se furent assez éloignés, la belle licorne se transforma en une jeune fille aux longs cheveux d’or, à la peau tendre et soyeuse et aux grands yeux noirs.
Désormais, elle vécue heureuse avec le jeune homme ; mais jamais elle n’oublia sa promesse, et jusqu’au jour de la mort du vieux châtelain, elle revint chaque année lui offrir les fruits cueillis en chemin ; reprenant pour l’occasion son apparence de licorne.


...merci pour ce très beau Conte, Dame Baleine!! Merveilleux! flow

_________________
Belle et Douce Journée à vous! /I\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contesduchene.blogspot.com
La baleine
Nain


Féminin Nombre de messages : 170
Age : 58
Localisation : Nieul sur mer (La Rochelle)
Emploi : conteuse/chanteuse
Date d'inscription : 21/12/2006

MessageSujet: Re: La Licorne et le Saltimbanque   Mar 12 Fév - 21:10

A la fin de l'histoire, quand la licorne revient voir le vieux seigneur, elle lui chante cette petite ritournelle:

R1 Tu laisses bien passer le vent
Tu le laisses vivre en liberté
Tu ne peux l'attraper
Tu ne pourra jamais l'arrêter

1- Licornes des légendes
Elfes des bois ou jolies fées,
Se cachent sur la lande
Et laisse moi te le chanter

R 2 Ils sont comme le vent
Laisses les vivre en liberté,
Tu ne peux pas les attraper
Tu ne pourras jamais les arrêter!

2-Les gnomes, les farfadets
Les lutins ou bien les géants,
Qui peuplent les forêts
Des histoires qu'on dit aux enfants!

R 3 Ils sont comme le vent
Laissons les vivre en liberté
Personne ne peut les attraper
Rien ne pourra jamais les arrêter!

Dommage que je sois toujours incapable de vous joindre la musique.
Bon, je vais le raconter et la chanter demain.
Je vindrai vous dire les réactions des enfants !
A bientôt!

git
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.anneducol.fr
Faenor
Rang: Administrateur


Féminin Nombre de messages : 742
Age : 52
Localisation : Aix-en-Provence
Emploi : Conteuse-Musicienne
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: La Licorne et le Saltimbanque   Mar 12 Fév - 21:17

applause applause elle est très belle, cette ritournelle!
exactement la poésie et la liberté ue j'aime!
est-ce toi qui l'a écrite?!
rhaaaa... dommage, en effet, qu'on ne puisse entendre la mélodie!

Ton Public va être enchanté, emporté dans ce joli vent de Liberté!
Bien volontiers, nous attendrons le "conte-rendu" de ta journée!!
Bon et merveilleux "Partage" à toi, pour demain!!!
je glisserais bien une oreille...même 3 jusque chez toi, là-bas, pour participer à cette Rencontre!...


mus flow biz

_________________
Belle et Douce Journée à vous! /I\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contesduchene.blogspot.com
Orélindë



Féminin Nombre de messages : 15
Age : 62
Localisation : les Pennes Mirabeau 13
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: La Licorne et le Saltimbanque   Mar 12 Fév - 23:35

Bonsoir amis du jardin,



Je voudrais juste pour vous dire merci de me faire découvrir d’aussi belles histoires qui enchantent mes oreilles quand je me promène dans ce jardin. .

Ca fait vraiment du bien après une journée de travail où les rêves sont exclus.

C’est pour moi un vrai moment d’évasion.

Que du bonheur !!



Que votre nuit soit douce do



Örélindë pa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La baleine
Nain


Féminin Nombre de messages : 170
Age : 58
Localisation : Nieul sur mer (La Rochelle)
Emploi : conteuse/chanteuse
Date d'inscription : 21/12/2006

MessageSujet: Re: La Licorne et le Saltimbanque   Mer 13 Fév - 15:41

Voilà! C'est déjà fini!
C'était bien; les enfants ont beaucoup participé et bien écouté. La monotrice (c'était un centre aéré) m'a dit aprés qu'il y avait quelques "flèches" qu'elle craignait, mais que c'était ceux là qui avaient le plus écouté et participer.
Comme quoi, les "fléches" ne sont pas toujours ceux que l'on croit!
Bref! C'était bien!

Oui, la chanson est de moi, et je vous la dédie, chers amis du jardin, car si je l'ai écrite pour cette histoire, c'etait aussi en pensant à vous!

Bien amicalement
La baleine

voc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.anneducol.fr
Faenor
Rang: Administrateur


Féminin Nombre de messages : 742
Age : 52
Localisation : Aix-en-Provence
Emploi : Conteuse-Musicienne
Date d'inscription : 13/11/2004

MessageSujet: Re: La Licorne et le Saltimbanque   Jeu 14 Fév - 0:26

applause applause hahaaaa! j'en étais sûre!!!
bravo! voilà encore un délicieux moment que les Enfants garderont en mémoire... et qui fait son chemin! flow mus
c'est vrai que ceux qui semblent terribles au premier abord ont bien souvent une écoute des plus étonnantes!
...et c'est double-bonheur!

Bien alors, merci pour cette douce et belle offrande à notre Jardin, Dame Baleine!
cette chanson prend d'autant plus de valeur à nos coeurs!
Un gros merci pour ce partage, décidément! flow tchintchi biz

_________________
Belle et Douce Journée à vous! /I\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contesduchene.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Licorne et le Saltimbanque   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Licorne et le Saltimbanque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux anniversaire Licorne Ailée
» Un moment d'histoire (Le Secret de la Licorne)
» [Vidéo] Charlie la Licorne du Chaos
» McCaffrey Anne - La petite licorne - Acorna T1
» Muza, dessin de Licorne ailée/Caro.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LJC :: MYTHES-CONTES-LEGENDES :: Contes & Légendes :: Contes-
Sauter vers: